Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

01.05.2009

26 juin

Une dame, que je ne connaissais que depuis un assez court laps de temps - disons moins de vingt-quatre heures - , m'a un jour fait la surprise de se rhabiller, apparemment toute offusquée, parce que, dans le feu de l'action, j'avais commis la petite maladresse de dire à voix haute, et sans même avoir pris la peine de fermer les yeux au préalable, ce que j'aurais vraisemblablement dû me contenter de penser en silence, au moment où ça m'était, comme on dit, venu à l'esprit : je lui avais dit - ou plutôt j'avais dit - qu'écrire c'était générer du désordre.

Si mon souvenir est exact, la dame en question n'était pas ce que l'on pourrait appeler une créature particulièrement apte à l'amour. Et pourtant, Dieu sait qu'elle n'avait pas tout à fait non plus le type de l'universitaire à fortes barniques.

 

Les commentaires sont fermés.