Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

13.03.2009

14 janvier

Que les petits soldats esclaves de toutes les saloperies d'institutions aillent se faire traire. Entreprendre d'acquérir une manière de culture est une des tâches, et un difficile privilège, que force en moi mon humanité, rien de plus, mais surtout rien de moins. Connaître, c'est essayer de commencer à comprendre l'autre, le différent de moi qui marche dans les souliers d'un autre temps, d'un autre espace. Hélas, pendant que je donne ma vie à l'apprendre, d'autres babouins plus bestiaux que moi s'emparent de notre malheureux monde et y créent l'enfer. L'enfer - un lieu où s'exerce un pouvoir, où s'exerce le pouvoir, qui n'est jamais une intelligence, jamais un appétit de vérité, jamais un amour de la connaissance, jamais une ouverture à l'autre, jamais un respect de la différence, mais qui n'est que l'empire de la peur exploitée, enrégimentée, systématisée, sûre d'elle-même et de son droit à la brutalité, l'empire, en somme, de la pure violence institutionnalisée : le pouvoir.

La culture comme absence de pouvoir. C'est pourtant joli, non ?

 

Les commentaires sont fermés.