Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

03.03.2009

29 décembre

Pourquoi ? Pourquoi es-tu comme tu es ? Pourquoi si desséché et comme mort déjà ? Alors ? Tu as voulu tout comprendre, dans l'espoir de tout maîtriser et de tout pouvoir ? Tu as eu la folle, la stupide ambition de tout connaître, de réduire ce qui fait toute la vie à une poignée de formules, d'équations, de principes, de dogmes, de phrases ? C'est ça ? Le baron Frankenstein cherchant l'ultime secret et ne créant que l'ultime horreur, cette insatiable bête à mots tapie dans le nid de ta viande, cette monstrueuse créature qui passe ta vie à te la resucer, à te l'expliquer, à t'en débarrasser, plutôt que de te laisser sentir la pulsation de l'émotion dans toutes les ramures si fines de l'arbre de tes nerfs ? C'est ça ? Allez, réponds !

Et la voix d'Oscar Wilde répondit : « Il n'y a pas d'émotions, il n'y a que des adjectifs. »

 

Les commentaires sont fermés.