Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

20.02.2009

19 mai

Phénoménologiquement parlant, je crois que je pourrais dire en toute simplicité qu’il y a une très étrange et très tyrannique caméra cachée dans ma tête, qui prend tout. Bien entendu, ce n’est pas moi qui tiens cette caméra, mais l’inverse. Je me trouve à l’épicerie devant une boîte de thon, je sais que je dois faire très attention : la maladie me filme.

Les commentaires sont fermés.