Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

04.11.2008

4 février

J’y ai réfléchi durant un certain temps, bien entendu, sans y réfléchir vraiment, jusqu’au jour où j’ai compris pourquoi il me serait impossible de jamais devenir une vedette. Je ne trouve nulle part en moi cet espace public colonisé par le regard des Autres Inc. qui ferait de moi la jolie petite ballerine suant de la raie en souriant sur la scène du monde. Je suis peut-être une cocotte, mais je ne suis pas très coquette. Je n’ai pas besoin d’un public ; je n’ai pas tellement besoin d’amour non plus. Je cherche autre chose, simplement.

03.11.2008

1er février

JP mousseau j’ai bien connu son frère, il a assez payé, J.P., il a tout payé ! il a payé pour j.p., il a payé pour mousseau ! j p a fait mousseau et mousseau j. p., qui ont fait jp mousseau / il a fait ce qu’il faut et un beau vieux aussi, un qui s’est créé vieux / c’est l’art comme il faut / personne, jamais, aucune famille, n’aurait pu inventer j p mousseau, jamais de la vie.

02.11.2008

25 mai

Journaliste : homme à ne rien faire, qui aime beaucoup sortir.

01.11.2008

11 août

Journalisme

« Je vais le dire à maman ! »

31.10.2008

6 décembre

Jim Morrison : « Did you know that freedom exists in a school book ? »

30.10.2008

2 avril

Je viens d’achever la lecture d’un livre sur l’humour, dont l’auteur, un Français de France, a essayé de me persuader, tout au long des deux cent soixante et quelques pages de son ouvrage, que l’humour est une chose amusante et, finalement, assez drôle. Je ne suis pas tout à fait convaincu d’avoir bien compris ce qu’il voulait dire.

29.10.2008

27 octobre

Je travaille comme un peintre. Je les refais.

28.10.2008

10 juin

J’étais dans ce « bar », à Tétreaultville, au bord du fleuve, passé les raffineries, le lendemain de la nuit dans Hochelaga-Maisonneuve, so lonesome que j’ai pleuré sur l’asphalte du parking / j’ai pensé à toi quand j’ai acheté le paquet de cigarettes, j’ai fait un petit bonhomme pour toi avec le papier métal / malgré tout ce que j’entreprends contre moi-même, j’en viens ces jours-ci à l’horripilante conclusion que je ne suis pas tuable / si tu m’avais vu dans ce « bar » à Tétreaultville / je pensais à toi parce qu’il n’y a plus personne à qui écrire, plus personne pour qui écrire, j’ai vidé le monde, je l’ai fait, vois-tu, et j’en suis extrêmement satisfait / si tu savais ce qui a conduit un homme comme moi dans ce « bar » de Tétreaultville / à quatre heures du matin, assis sur l’asphalte du parking, en train de fabriquer un petit bonhomme de papier d’aluminium en pleurant, la vision de tes cils si parfaits, mon dieu / je n’ai jamais eu de famille, je me suis fait tout seul contre toutes les familles / toutes ces années si difficiles / s’il n’y avait pas eu cet étrange et terrible besoin en moi / tu es le prix que j’aurai toujours à payer pour avoir cédé à la tentation d’exister, comme disait l’autre / and so far it’s been my pleasure, but only because all the fucking shit can go right into my writings, which leaves the World (and you) to feel free to come on me / but always remember that I’m writer first, and that I’ll always be, till the Bonhomme catches me / petite belle, should you die, I’ll keep on living, but should the writer in me die, then I’ll surely fade out and, yes, die for good / and that’s the truth, my lovely, as I’ve seen it, assis sur mon cul, a night of June, so lonesome, sur l’asphalte de ce parking, à Tétreaultville.

27.10.2008

11 février

Je suppose que je ne me taperai jamais d’autres parties de frotti-frotta avec Paul Auster, James Joyce, Philippe Sollers, Michèle Tremblay, Francis Scott Fitzgerald, Robert Lalonde, Truman Capote, André Breton, etc. Entre le client et l’écrivain, si la certaine petite électricité magique ne se met pas à circuler assez rapidement, la partouze tourne court, le client débande et l’écrivain n’a plus qu’à aller se rhabiller. Affaire d’épidermes, banale vérité : il y a des gens comme ça dans le poil desquels on ne s’endure pas.

Et il y a, bien entendu, l’exact contraire. Contre Michèle Tremblay, Lévy Beaulieu ; contre Truman Capote, Jack Kerouac ; contre Philippe Sollers, Louis-Ferdinand Céline ; contre Robert Lalonde, Jean-Jules Richard ; contre Paul Auster, Norman Mailer ; contre André Breton, Antonin Artaud ; contre James Joyce, Samuel Beckett ; contre Scott Fitzgerald, Henry Miller ; etc.

Quant aux « écrivaines », je n’en parle pas, ça va de soi.

26.10.2008

26 mars

Je suis une nymphomane. Aucun amant lecteur ne saura jamais me satisfaire. Je les désire tous, et qu’ils me possèdent tous, et que je les possède tous, moi aussi, à ma manière.

S’il ne fallait pas manger, je ne me vendrais pas, je me donnerais.

Prenez-moi !